Avoir un nouveau chaton.

Avoir un nouveau chaton, c’est un grand tournant dans la vie ! Ces petites boules de poils, on s’y attache et ça devient nos véritables bébés. J’ai adopté Shelby, mon nouveau chaton, il y’ a environ 1 mois. Il cohabite désormais avec Snow, mon gros chat chéri de 5 ans. J’avais donc envie d’écrire un article pour vous raconter un peu l’arrivée de ce petit chenapan et vous donner quelques conseils si vous comptez adopter un chaton.

L’arrivée de Shelby:

Voilà environ 1 mois que mon nouveau petit chaton, Shelby, est arrivé dans ma vie. J’ai longtemps hésité à reprendre un petit chat, après le décès d’Ilya en Janvier, le vide était trop gros. Ilya, c’était la petite sœur de Snow, ils ont grandi ensemble depuis tout chatons. Alors vous imaginez sa réaction, il s’est longtemps senti seul, avant de se réhabituer à vivre sans compagnon félin. Et justement, je n’avais pas envie de lui réimposer cette présence. Mais une partie de moi me disait que c’était une bonne idée, je m’en voulais de partir et de le laisser seul à l’appartement.

Les mois ont passés et une opportunité s’est présentée à moi. J’ai donc fais la connaissance de Shelby. Je l’ai prénommé comme ça en honneur aux Peaky Blinders ( et surtout Thomas Shelby pour celles et ceux qui connaissent 😉 ) et ce nom lui allait comme un gant: en effet, Shelby, c’était le caïd de la bande. Il n’hésitait pas à monter sur ses frères et sœurs pour être le plus haut sur l’arbre à chat !

J’ai attendu environ 1 mois avant de le ramener à la maison. Je stressais pas mal de la réaction de Snow, j’avais peur qu’il m’en veuille et parte à tout jamais. On s’en fait des films, quand on est maman chat ! J’avais aussi peur de la réaction de Shelby, qu’il soit mal et triste. Et surtout, j’avais peur que ces deux là ne s’entendent jamais !

En arrivant, la réaction de Snow était à mourir de rire. Yeux froncés, l’air de dire  » quelle idée merdique tu as encore eu ? « . J’avais vraiment peur qu’il lui fasse mal. Chose qu’il n’a jamais faite. Heureusement, il lui a seulement grogné dessus 3 jours.

Maintenant, c’est Shelby qui saute sur Snow tout le temps ! Il n’a pas une minute pour lui. Shelby veux jouer avec sa queue, ses oreilles, quand il dort… et Snow ne lui fait jamais de mal, JAMAIS ! Il doit comprendre que c’est un bébé qui veux jouer, je trouve ça adorable ! Quand je trouve qu’il l’embête trop, je joue avec Shelby pour laisser Snow tranquille. Et ils dorment même ensemble, je trouve ça plus qu’adorable.

J’avais envie d’écrire cet article pour vous raconter un peu l’arrivée de Shelby donc, et vous donner quelques conseils lors de l’arrivée d’un chaton. Je ne suis pas une spécialiste, mais j’en ai eu 3 dont 2 cohabitations différentes alors j’ai appris pas mal de choses depuis 🙂

L’adoption du chaton :

Tout d’abord, il me semble très important de faire attention à l’endroit où l’on adopte son chaton. Je vous mets en garde sur les animaleries, la plupart des animaux viennent de réseaux où des chats et chiens ( souvent volés ) sont forcés à se reproduire sans cesse et sont maltraités. Acheter en animalerie, c’est encourager ces trafics. De plus, votre chaton aura plus de  » chance  » de développer une maladie… Je vous conseil donc, si vous souhaitez un chat de race, de vous diriger vers des éleveurs qui connaissent parfaitement leur chat, les races, et sauront vous conseiller.

Vous serez peut-être tenté d’aller sur leboncoin pour trouver votre chaton. Je vous conseil donc d’appeler la personne avant, et lui demander de voir le chaton ainsi que les parents pour vous assurer de sa bonne santé et de son bon développement en milieu familial.

La sociabilisation et le sevrage d’un chaton sont hyper importants pour la suite de la vie du chaton et son intégration dans votre famille. Personnellement je vous conseille de laisser votre chaton à sa maman jusqu’à ses 3 mois. Si ce n’est pas possible avant, il vous faudra jouer ce rôle, et donc appliquer des règles au chaton afin qu’il ne fasse pas n’importe quoi.

Éduquer son chaton:

Votre chaton va, pour jouer, faire 1001 bêtises. À vous de déterminer quand c’est une bêtise à ne pas reproduire. Par exemple, il vous mordra les doigts, vous sautera sur les jambes avec ses griffes … ça peut paraître mignon et ça ne fait pas mal, mais n’oubliez pas que le chaton va grandir ! Et ça ne sera pas la même chose niveau douleur. Je vous conseil donc de reprendre dès le départ votre chaton afin de lui montrer les choses à ne pas faire.

Pour se faire, je prend mon chaton par le cou, comme le ferait sa maman, et je le regarde dans les yeux avec un  » NON !  » ferme. Inutile de crier, il suffit que le chaton sente la sureté et l’autorité dans la voix.

Il ne faut jamais frapper son chaton. Il ne comprendrait pas, et risquerait de développer des troubles du comportement. Soit il aura très peur de vous, soit il sera violent…

Si le  » NON !  » ne suffit pas, vous pouvez faire un bruit désagréable comme taper des mains ou faire un  » SHHHHHH  » très fort. Ou bien acheter un  » pshit pshit  » rempli d’eau pour arroser les plantes et l’arroser. Il associera donc sa bêtise à quelque chose de désagréable.

En plus des  » punitions  » quand il fait quelque chose de mal, il est capital de récompenser son chaton quand il se comporte bien. Quand il vous obéit, quand il est sage, n’hésitez pas à le féliciter d’une voix douce et lui faire des câlins. Les méthodes positives sont beaucoup plus efficaces que les méthodes négatives !

La cohabitation avec un ancien chat:

Si vous avez un autre chat, vous devez vous demander si le plus ancien va accepter le nouveau. Vous pouvez l’aider à faire cela. Je vous conseil dans un premier temps, quelque jours avant l’arrivée du chaton, de donner un linge portant l’odeur du chaton à votre chat afin de l’habituer à cette dernière. En effet, les chats passent beaucoup par l’odeur pour communiquer.

Une fois arrivé, laissez le chaton dans la caisse de transport durant 1h environ. Aussi, votre chat aura le temps de le sentir et le voir à travers cette cage. Puis, libérez le chaton dans une pièce séparé du chat pendant quelques heures. Enfin, faites les se rencontrer.

Bien-sûr, au départ, le chat risque de grogner, voire d’attaquer le petit. Laissez le faire, c’est son territoire et montre qu’il y ‘a des règles à respecter. C’était lui le premier après tout. Intervenir tout le temps serait montrer à l’autre chat qu’il est remplacé. En revanche, surveillez bien qu’il ne fasse pas trop mal au petit. Si ça va trop loin en revanche, séparez-les et ressayez plus tard.

Enfin, ne vous inquiétez pas trop. En général, au bout de 2 – 3 jours ils sont copains comme cochon ! Au pire des cas, ils s’ignoreront, mais ils ne s’entretueront pas en tout cas 😉

Pour finir, je vous conseil d’être très patient. Un chaton, c’est une pile électrique, c’est hyperactif, desfois j’ai l’impression d’avoir un mini gremlins dans mon appartement. Mais qu’est ce que c’est amusant à observer! Enfin, si vous souhaitez des conseils ou rejoindre une communauté prête à vous aider en cas de besoin, je vous conseil de vous rendre sur le forum chat et cie, il m’avait été d’une grande aide à l’arrivée de mes deux premiers chats il y’ a 5 ans.

J’espère que cet article vous aura été utile, n’hésitez pas à m’envoyer des photos de vos matous sur Instagram ou par mail, j’adorerai les voir 🙂

Je vous embrasse!

Lilyzab

La magie des personnalités.

Deux traits de ma personnalité s’affrontent constamment. D’un coté, mon attrait pour les jolies choses, légères et fleuries et mon œil enfantin adoucissent ma vie. J’aime traquer la magie, la douceur, la lumière. Mais le partage se fait avec un coté plus brut, le sombre m’attire, le brut, le dur, la mélancolie…

Quoi qu’il en soit, ces deux parties de ma personnalité font parti de moi, et je me rends compte au fur et à mesure du temps qui passe que finalement, elles ne s’affrontent pas, mais sont complémentaires.

Il y’a parfois tant de force et de beauté dans le sombre, et parfois de la tristesse et un flottement dans le beau. C’est ce que je veux exploiter. Je veux aller au fond de ces ressentis, de ces sentiments, afin d’en tirer le plus possible d’inspiration.

Puisque ces sentiments m’amènent toujours dans des mondes imaginaires, que j’aime construire de mes propres mains et tirer de mon cerveau afin de les faire vivre. Alors, ces mondes, ils m’appartiennent.
Alors, il n’y aura jamais assez de fleurs, d’étoiles, de lucioles, de bitume, de graph, de paillètes, de planètes, d’ossements, de feu, de fumées dans ces univers, dans mes créations.

Lilyzab

Hat: Primark

Denim Jacket: Vintage

Dress: Pull&Bear

Tights: Calzedonia

Shoes: Vans Old Skool

Une combi à Versailles !

Pour la première fois, j’ai pu me rendre au château de Versailles. Comme c’est impressionnant autant de dorures ! Bon, ce que j’ai préféré clairement, c’est le petit Trianon. Je suis fascinée par Marie-Antoinette depuis des années ( notamment grâce au film de Sofia Coppola ) et déambuler dans son hameau a été un vrai bonheur. Les lieux chargés d’histoire me font toujours de l’effet, et j’avoue m’être sentie comme une petite princesse. Des prés à perte de vue, des animaux de la ferme, de vieilles chaumières et moulin… tout ramène à un autre temps pour une ballade paisible.

Avec mon amie Laura, on a joué nos queen et on a pas hésité à faire un shooting dans les rideaux des appartements de Mesdames aha. J’en ai donc profité pour shooter un look comme ça faisait longtemps !

Il y’a environ 2 ans j’étais fan fan de combishort, j’en achetais par dizaines. Puis j’ai arrêté, ça ne me correspondait plus. Mais ELLE, cette combi, m’a fait changer d’avis ! J’ai envie de rouge en ce moment, des couleurs ! Et des fleurs  ( bon ça, c’est pas nouveau ). Tant pis si c’est une combi.

Quant aux chaussures, on reconnaîtra les Vans Old Skool que l’on voit partout. Mais, j’ai craqué tout de même ! Le contraste féminin des robes, jupes, combi avec le confort de chaussures de skate, j’adore !

Eh bien, je retourne désormais manger mes petits macarons accompagné de thé au jasmin dans les jardins de mon hameau héhé.

Je vous embrasse,

Lilyzab

Impulsion Rétro.

En ce moment, à part les inspirations street old school, je suis à fond dans le rétro. J’adore les longues jupes, le vichy, les babies, les lunettes de soleil tape à l’œil. Mais ce désir rétro va plus loin que la mode.

Oui, j’ai envie d’emprunter une machine à remonter le temps, boum, direction les années 60. J’ai envie d’une société moins ancrée au virtuel, je veux du vrai.

Je veux aller danser du rock dans un bar, ou aller à un bal. Je veux qu’on m’invite à danser. Je veux qu’on me parle, qu’on m’aborde. Parce qu’aujourd’hui, on n’ose plus. Je veux m’amuser autour d’un billard, d’un jeu de fléchettes. Je veux faire des pique nique, je veux qu’on vienne frapper à ma porte. Je veux qu’on m’écrive des lettres que je pourrais garder toute ma vie. Je veux rouler dans une vieille voiture. Je veux manger dans un dinner, tard le soir, à boire un milkshake. Je veux apprécier le moment présent, sans avoir des ding et des dong qui accaparent l’attention de mon interlocuteur. Je veux du vrai, du pur, du dur, du réel.

Paradoxalement, bien qu’étant blogueuse et dépendante de certains réseaux sociaux, cela m’étouffe de plus en plus. J’ai l’impression que c’est du faux, de ne pas vivre la vraie vie. J’ai l’impression que tout le monde se noie à travers les écrans. J’ai la nostalgie d’une époque que je n’ai pas connue. Alors je la rêve, je l’imagine, je la vie à travers les films, les séries.

Très récemment, j’ai suivi avec gourmandise la série Twin Peaks. J’ai adoré me plonger dans cette ambiance, vintage, paisible ( pas tant que ça 😉 ). Mais vraie. Je fantasme surement, ce n’est que du cinéma … Mais un petit truc en moi me dit de plus en plus  » c’était mieux avant « .

Alors, puisque machine à remonter le temps il n’y a pas encore, je vais tenter de tirer les choses les plus positives de mon époque et la vivre au maximum. Je me détache de plus en plus du virtuel, et je vis la vie, mes passions. Après tout, des billards, il y’en a qu’en même en 2017. Et puis, j’en suis sûre, les générations futures se diront elles aussi  » c’était mieux avant « . Et moi, je l’aurai vécu.

Lilyzab

 

Je rêve de fusée.

La semaine dernière, j’ai observé la lune dans le télescope. Depuis, l’univers m’obsède. Je rêve de fusée, qui décolle et m’emmène loin. Nous sommes tous des planètes, et les gens tournent autour tels des satellites. Plus ou moins longtemps, puis d’un coup, pouf, les satellites s’éteignent. Il y’en a qui brillent très fort, comme l’étoile du berger, d’autres qui sont plus éloignés. Il y’en a qui réchauffent comme des soleils, d’autres qui apportent de la magie, nos lunes. L’univers est en constante évolution. Nos vies aussi.

Observer l’univers me ramène toujours à un état de rien, un état de petite poussière. Et me fait ressentir un sentiment complexe. Cela me soulage, je me dis qu’au final, rien de ce qui m’arrive n’est grave, à échelle spatiale. Mais se sentir si petite, face à Jupiter et ses satellites : Io, Europe, Ganymède et Callisto. Quel est l’intérêt de notre existence face aux années lumière?

À échelle spatiale, qu’est l’espèce humaine? Et pourtant, nous sommes bien là. Tout est là. La nature, les animaux, la musique, le cinéma, les océans, la montagne. Tout est là. L’amour, la mort, les émotions, le bonheur et le cœur brisé.

Alors face à tant de confusion, je souhaiterais que mon ballon fusée m’emmène loin, où le silence et la beauté sont maîtres à bord. Loin, au fin fond des étoiles…

Lilyzab