Comment vaincre sa peur de l’avion ?

Hello les chats ! Je fais une petite transition de mon séjour au Japon, tout en restant dans le thème du voyage. Comment vaincre sa peur de l’avion ?

C’est une question que je me suis posée vraiment beaucoup de fois au cours de mes voyages. C’est une de mes plus grandes passion, je m’étais fait la promesse que cette angoisse ne m’empêcherait jamais de la vivre. Malgré cela, pour moi prendre l’avion était une corvée.

Enfin, cette perspective a changé depuis mon retour du Japon, car ce long courrier a été le meilleur de toute ma vie ! Et je pense pouvoir affirmer avoir vaincu cette peur. Je vous explique comment ?

Pourquoi cette peur ?

Avant d’entamer les petites astuces, je vais revenir quelque peu sur les fondements de cette peur. Je ne me rappelle plus exactement la première fois que j’ai pris l’avion. Ce que je me souviens, c’est que j’étais extremement malade dans les transports étant petite, et je le suis toujours. J’ai donc du, naturellement, associer l’avion à la maladie.

Cela peut paraitre ridicule et bénin comme mal, mais quand on le vit c’est insupportable sur le moment. Surtout lors des longs courrier et que ça dure des heures. Alors, la première angoisse de l’avion, c’était ça.

Puis les actualités n’aident pas. Il y ‘a souvent cette loi des séries qui revient et, quand un avion tombe, d’autres suivent bien souvent. Chose inexplicable.

Bien vite, comme vous tous si vous avez peur de l’avion, vous faites très rapidement le rapprochement avec la mort. Oui, j’ai eu souvent cette impression d’être dans un cercueil volant et, bien souvent à l’atterrissage, j’étais vraiment étonnée de toucher une nouvelle fois le sol sous mes pieds.

le changement !

M’étant fait cette promesse que je ne pourrai pas refuser un voyage pour son moyen de transport, il fallait bien m’accommoder ! Je dois dire que cela ne s’est pas fait en un jour. Mais à force de décoller et d’atterrir, j’essayais de faire un travail sur moi pour apprécier les sensations et ne pas les appréhender.

Avant, à chaque décollage mon cœur se serrait et je me disais ” oh non, oh non, oh non” la main serrée à l’accoudoir. Rien que changer cet état d’esprit et me convaincre que c’est amusant, en me disant ” c’est partiiiiii” a un peu dupé mon cerveau et me rendait moins tendue pendant ces phases ” critiques “.

Afin d’éviter toute angoisse claustrophobe dans l’avion, je met mon cerveau en mode ” off “. Je m’interdis absolument de réfléchir à l’avion, à ce qu’il y ‘a sous mes pieds etc. Je ne pense à rien du tout.

J’essaie aussi de m’approprier l’avion, afin de le considérer comme mon ” chez moi “. Un environnement confortable et hors de danger. Pour cela je fais comme dans mon salon, je me met en chaussettes, en tenue confortable comme un pyjama, et je m’installe sur mon siège pour apprécier les films, la musique etc… et surtout je ferme les volets pour ne pas voir le vide en dessous. Je ne le regarde jamais, sauf si je me sens vraiment bien à l’aise dans l’avion. Alors là je m’autorise à regarder par le hublot et admirer la beauté du ciel. Mais pas avant que je ne sois prête, sinon, ça m’angoisse !

Pour éviter de penser et que le temps soit long, je me plonge à fond dans tout ce que je fais ! Quand vient l’heure des repas je prend mon temps comme au restaurant. Je me promène dans l’avion, j’observe les gens, je regarde des films, des films et encore des films ! C’est dans l’avion où j’arrive au mieux à me plonger dans les histoires de film, ça me fait oublier où je suis. Alors même si c’est sur un petit écran, j’apprécie vraiment.

Je déteste les sensations de turbulences, à chaque fois mon esprit s’emballe quand il y’ en a. Surtout quand je ne suis pas prévenue. Cependant je me suis beaucoup informée afin de dédramatiser ce que c’était, et finalement je me suis mise à comparer ce phénomène aux petites bosses sur la route. Aussi, pendant ce voyage j’avais téléchargé l’application Skyguru , qui m’a permis de prévoir la météo pendant tout le vol et être avertie des turbulences. Des turbulences averties sont des turbulences moins stressantes !

Enfin, le plus important pour moi était d’en finir avec mon mal des transport. Pour cela, j’avais tout essayé ! Homéopathie, Gingembre… rien n’y faisait ! Et j’ai essayé un bracelet acupuncture et là, le miracle ! Je n’ai été malade ni à l’aller, ni au retour avec environ 11h de vol ! Il s’agit d’un bracelet tout bête avec un point de pression qu’il faut mettre sur un point particulier du poignet et la compression enlève les sensations de nausée. Vraiment, si vous êtes malade, essayez-le c’est magique !

RÉCAPITULATIF

Quelques conseils pour vaincre sa peur de l’avion :

  • Reprendre l’avion à chaque fois. Ne pas laisser sa peur gâcher nos voyages!
  • Se convaincre que l’expérience en avion fait partie du voyage, que c’est une chance de prendre l’avion et que c’est amusant.
  • S’approprier l’avion comme chez soi, s’installer confortablement, apprécier les repas, les films…
  • Se mettre près du couloir pour pouvoir bouger, aller aux toilettes, ne pas regarder le vide.
  • Ne pas penser à ce qu’il pourrait potentiellement arriver en cas de catastrophe. Ne même pas envisager cette éventualité.
  • S’informer à l’avance sur son vol, le trajet, la météo …
  • L’application SkyGuru pourrait vous être utile !
  • Pour ceux qui sont malades, utilisez le bracelet d’acupuncture. C’est magique.

Voilà voilà, bien sûr il n’y a pas de miracles mais seulement un travail sur soi et sur le barrage que l’on fait à ses angoisses. Se priver d’une chose aussi magnifique que le voyage pour une peur, c’est trop bête pas vrai?

Je vous embrasse.

Lilyzab

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *