Un conte de Saint Valentin !

Lilyzab - Saint Valentin

Pour la Saint Valentin, je me suis improvisée en princesse de coeur pour un maquillage et un look, et surtout une mise en scène. J’adore ça de plus en plus, jouer sur les mises en scènes pour intensifier la magie du quotidien et de l’art. Et puis, subitement, ce cliché m’a inspiré une autre forme de création. L’écriture. L’écriture me parle de plus en plus, comme le disait si bien Dumbledore, les mots ont tellement de pouvoirs. Alors, pour la première fois, j’ai mis en mots ma photo et mon imagination pour faire parler mes rêves…

La jeune femme aux milles pétales.

Il était une jeune femme qui aimait les roses. À vrai dire, elle les aimait autant qu’elle les craignait. Les roses ont des épines, directement liées au cœur.

Chaque matin de chaque année la jeune femme s’en allait, précautionneusement gantée, cueillir un bouquet d’une dizaine de roses. Elle les apportait dans sa chambre, toujours avec le même élan d’espoir et toujours dans le même but: réussir à caresser une rose de ses propres mains, peau contre pétale. Hélas, chaque matin de chaque année, les roses noircissaient, se desséchaient et mourraient au moindre effleurement provenant de ses doigts. Les pétales tombaient alors, unes à unes et ce par milliers, formant au fil des années des montagnes baignées de solitude. Chaque pétale, chaque unique pétale qui avait effleuré le sol lui avait provoqué une vive douleur, à la manière d’une lame finement aiguisée pénétrant sa poitrine. La mélancolie avait cet effet là sur son cœur.

Mais elle n’abandonnait pas, toujours avec le même élan d’espoir et toujours dans le même but… Quant alors, lorsqu’elle ne s’y attendait plus, que la douloureuse routine était si présente qu’on ne pouvait plus distinguer l’espoir de l’habitude, qu’elle apparue. Dressée au milieu des cadavres floraux qu’elle n’en pouvait plus de voir, belle, fière, vivante et lumineuse, la rose qui avait survécu. La jeune femme hésita, de peur de tuer la chose la plus précieuse à ses yeux, puis tendit le doigt. L’instant était d’autant plus merveilleux grâce aux montagnes de pétales accumulés aux pieds de la jeune femme, témoins de sa persévérance et de sa réussite. Elle n’était plus seule, et la rose restera aussi rougeoyante que le Phoenix et ce, à jamais.

Lilyzab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *